WHO

DECIDES

WHO'S

THE 

ROULETTE

WHEEL

AND 

WHO'S

THE 

GAMBLER?

Pour maintenir ses utilisateurs connectés, une entreprise de réseau social doit plutôt faire en sorte qu’ils s’énervent, qu’ils se sentent en danger ou qu’ils soient effrayés. La situation la plus efficace est celle dans laquelle les utilisateurs entrent dans d’étranges spirales de très fort consensus ou au contraire de conflit avec d’autres utilisateurs. Cela n’en finit jamais et c’est bien le but. 

Jaron Lanier

 

Traditional discussions of (research) purpose are silent about critique, action, advocacy, empowerment, and emancipation - the purposes often found in studies grounded in critical, feminist, or postmodern assumptions.

 

C. Marshall, G. Rossman, Designing Qualitative Research, 2016 (6th edition).

 

De nos jours, il est dangereusement facile pour un adulte de s’identifier à une technologie apparemment sans limites tout en échouant à affronter la menace vitale de manque d’air, de nourriture et d’eau sur notre planète. En nous identifiant à la riche diversité et à la merveilleuse intégration de la technologie, nous nous défendons de sentir toute l’étendue des carences et de l’appauvrissement de nos vie humaines.

Harold F. Searles, psychanalyste, 1972.

 

 

For too long, we’ve minimized the threats of this intelligent, adversarial persuasion as mere “distraction,” or minor annoyance. In the short term, these challenges can indeed frustrate our ability to do the things we want to do. In the longer term, however, they can make it harder for us to live the lives we want to live, or, even worse, undermine fundamental capacities such as reflection and self-regulation, making it harder, in the words of philosopher Harry Frankfurt, to “want what we want to want.” Seen in this light, these new attentional adversaries threaten not only the success but even the integrity of the human will, at both individual and collective levels.

Stand out of our Light. Freedom and Resistance in the Attention Economy. James Williams, University of Oxford, 2018.

 

 

Frustration, resentment, guilt, and fear make up the « passions » of the neoliberal relation to the self, because the promises of self-realization, freedom, and autonomy collide with a reality that systematically nullifies them. The failure of capitalism is not as spectacular as it might be because individualism cancels the failure through the interiorization of the conflict : the « enemy » becomes indistinguishable from a part of the self. « Complaints » are turned against oneself instead of relations of power.

Maurizio Lazzarato, Governing by Debt, Semiotext(e) / Intrvention Series, 2015.

 

 

The taboo against criticism of the system of contemporary enterprise is, in its unspoken way, almost as complete... as criticism of communism is explicitly forbiden in the Soviet Union.

 

Chomsky, N. (1997). Foreword in A. Carey, Taking the Risk out of Democracy. Corporate Propaganda versus Freedom and Liberty. Champaign : University of Illinois Press.

 

 

L'abondance n'est qu'un (ou du moins est aussi) système de contraintes d'un type nouveau pour comprendre aussitôt qu'à cette nouvelle contrainte sociale (plus ou moins inconsciente) ne peut que répondre un type nouveau de revendication libératrice. En l'occurrence, le refus de la "société de consommation", sous sa forme violente et érostratique (destruction « aveugles » de biens matériels et culturels) ou non violente et démissive (refus d'investissement productif et consommatif). Si l'abondance était liberté, alors cette violence serait en effet impensable. Si l'abondance (la croissance) est contrainte, alors cette violence se comprend d'elle-même, elle s'impose logiquement. Si elle est sauvage, sans objet, informelle, c'est que les contraintes qu'elle conteste sont elles aussi informulées, inconscientes, illisibles : ce sont celles mêmes de la « liberté », de l'accession contrôlée au bonheur, de l'éthique totalitaire de l'abondance.

 

Jean Baudrillard

 

 

L'humanité réagit collectivement au danger urgent de la pollution environnementale à la manière d'un patient mélancolique engagé dans un suicide par auto-négligence et qui, inconscient de toute faim pressante, se laisse mourir d'inanition ou se promène avec indiférence dans le trafic automobile effréné d'une rue trépidante. (...) L'apathie générale face à la pollution nous fait agir fondamentalement comme si nos vies ne méritaient pas que nous nous battions pour les sauver. N'est-elle pas l'indice d'un sentiment de profonde insatisfaction quant à la qualité de la vie humaine?

Harold F. Searles (1972), Unconscious processes in relation to the environmental crisis, Harold F. Searles, Psychoanalytic Review, 59, 361-374.

 

 

Il me semble que nous, psychanalystes, avec notre expérience de l'influence si puissante des processus inconscients sur les comportements de l'homme, devrions proposer nos lumières à nos semblables dans cette lutte commune. Je fais l'hypothèse qu'une apathie intense et globalisée freine l'appréhension de la crise environnementale par l'homme. Cette apathie est largement fondée sur des sentiments et des attitudes dont l'homme est inconscient. L'absence de littérature analytique sur ce sujet me fait penser que nous, psychanalystes, sommes également inhibés par cette apthie. Mais un deuxième facteur, un risque inhérent à notre profession tend à inhiber les contributions personnelles que nous pourrions élaborer: nous craignons que de montrer un intérêt trop vif pour ce sujet puisse ne susciter chez nos collègues qu'une impulsion à poser un diagnostic visant à déterminer si nous souffrons de dépression psychotique ou de schizophrénie paranoïde.

Harold F. Searles (1972), Unconscious processes in relation to the environmental crisis, Harold F. Searles, Psychoanalytic Review, 59, 361-374. 

 

 

Le langage binaire de l'ordinateur est également une irrésistible incitation à admettre dans chaque instant, sans réserve, ce qui a été programmé comme l'a bien voulu quelqu'un d'autre, et qui se fait passer pour la source intemporelle d'une logique supérieure, impartiale et totale. (...) Il n'est donc pas surprenant que, dès l'enfance, les écoliers aillent facilement commencer, et avec enthousiasme, par le Savoir Absolu de l'informatique: tandis qu'ils ignorent toujours davantage la lecture, qui exige un véritable jugement à toutes les lignes; et qui seule aussi peut donner accès à la vaste expérience humaine antéspectaculaire. Car la conversation est presque morte, et bientôt le seront beaucoup de ceux qui savaient parler. (p. 1609-1610)

 

Guy Debord (1988) Commentaires sur la société du spectacle. In Œuvres. Paris: Gallimard (2006).

 

 

Empires rule through cultures and epistemologies no less than guns and dollars. Early modernity's "new" imperialism was fundamentally enabled by the Cartesian revolution, which established a new way of seeing and ordering planetary life. (Has it been so different for the new imperialism of the neoliberal era?) One could conquer the globe only if one could imagine it. Early forms of external nature, abstract space and linear time enabled capitalists and empires to construct global webs of exploitation and appropriation, calculation and credit, property and profit, on an unprecedented scale.

 

Jason W. Moore, Confronting the Popular Anthropocene: Toward an Ecology of Hope, 2017.

 

 

And looking back through my work, I see that it is invariably where I lacked a political purpose that I wrote lifeless books and was betrayed into purple passages, sentences without meaning, decorative adjectives and humbug generally.

 

George Orwell, Gangrel [No. 4, Summer], 1946; S.J.; E.Y.E.; O.R.; C.E.

 

 

[...] nous, les psychanalystes qui, avec notre apathie et notre silence assourdissant sur ce thème [la crise environnementale], refusons de voir que nous sommes « enfermés dans un environnement qui se détériore en conséquence de notre propre activité ». Je veux espérer que pourra triompher, comme dans l’analyse, le besoin de vérité sur l’homme, « enfant de la biosphère » [...].

 

Jorge Canestri, Président de la Fédération Européenne de Psychanalyse, La crise environnementale sur le divan, 2019.

 

 

La cyberguerre du futur sera peut-être moins axée sur le piratage des réseaux électriques que sur le piratage des esprits en façonnant l'environnement dans lequel se déroule le débat politique.


Tim Stevens checheur au Kings College London, spécialiste de la "cyberguerre", interrogé pour The Guardian en 2016.

 

 

If democracy is to be replenished in the coming decades, it is up to us to rekindle the sense of outrage and loss over what is being taken from us. In this I do not mean only our “personal information.” What is at stake here is the human expectation of sovereignty over one’s own life and authorship of one’s own experience. What is at stake is the inward experience from which we form the will to will and the public spaces to act on that will. What is at stake is the dominant principle of social ordering in an information civilization and our rights as individuals and societies to answer the questions Who knows? Who decides? Who decides who decides? That surveillance capitalism has usurped so many of our rights in these domains is a scandalous abuse of digital capabilities and their once grand promise to democratize knowledge and meet our thwarted needs for effective life. Let there be a digital future, but let it be a human future first.

 

Zuboff, Shoshana. The Age of Surveillance Capitalism: The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power (pp. 521-522). PublicAffairs.