top of page

SOCIAL ENGINEERING OF THE SOUL

Liviu Poenaru

[Version française ci-dessous]

The ethical issues posed by the social engineering of the soul are extensive and complex, affecting autonomy, privacy, mental health, public discourse, and informed consent. The social engineering of the soul encompasses a range of techniques and practices aimed at influencing the deepest aspects of human psychology and identity.


Social engineering begins with cultural and ideological conditioning, where societal norms, values, and beliefs are inculcated from a young age. Educational systems, family structures, and media all play crucial roles in shaping individuals' worldviews and self-perceptions. This conditioning often dictates what is considered acceptable behavior, success, and identity, leading to a form of engineered conformity. The soul, in this context, is molded to fit the prevailing cultural narratives and ideologies, often suppressing individual uniqueness and creativity. 


Digital platforms employ sophisticated psychological techniques to manipulate user behavior, creating an environment where users are continuously influenced and guided in their actions and decisions. Features such as infinite scrolling, which provides an endless stream of content, push notifications that draw users back to the platform, and variable rewards, which keep users engaged through intermittent reinforcement, are meticulously designed to maximize user engagement and dependency on these platforms. This constant state of engagement has profound implications for how individuals think and feel, often leading to significant alterations in their personality and mental health over time.  


The deliberate manipulation of psychological states for commercial gain raises substantial ethical concerns, particularly regarding autonomy and consent, as individuals may be largely unaware of the extent to which their thoughts, behaviors, and overall lives are being engineered by these digital mechanisms. The pervasive influence exerted by these platforms not only questions the boundaries of free will but also highlights the need for greater transparency and ethical responsibility in the design and implementation of such technologies. 


Modern consumer culture, heavily promoted through digital media, encourages individuals to construct their identities through consumption. Products, brands, and lifestyles are marketed as extensions of the self, leading to a cycle of perpetual consumption. This consumerist identity construction is a form of social engineering that ties self-worth and happiness to material possessions. The soul, in this sense, becomes commodified, with personal fulfillment increasingly defined by external acquisitions rather than intrinsic values. 


Social networks exert immense normative pressure on individuals to conform to certain standards of behavior, appearance, and opinion. The quest for social validation through likes, comments, and shares can drive individuals to present curated, often inauthentic versions of themselves. This performative aspect of digital life can lead to a fragmented sense of self, where the true self is obscured by the socially engineered persona. The impact on the soul is profound, as individuals may lose touch with their authentic desires and values. 


Algorithms govern much of online life, from social media feeds to search engine results. These algorithms are designed to optimize engagement and profitability, often at the expense of nuanced understanding and critical thinking. By controlling the flow of information and shaping public discourse, algorithms engineer collective consciousness and individual beliefs. The subtle yet pervasive influence of algorithmic governance can erode individual autonomy and critical agency, engineering both the soul and social life towards predetermined ends. 


REFERENCES

Chou, H. T. G., & Edge, N. (2012). “They Are Happier and Having Better Lives than I Am”: The Impact of Using Facebook on Perceptions of Others' Lives.

Cyberpsychology, Behavior, and Social Networking, 15(2), 117-121.


Haidt, J., & Twenge, J. M. (2021). Social Media Use and Mental Health: A Review. Perspectives on Psychological Science, 16(1), 35-46.


Noble, S. U. (2018). Algorithms of Oppression: How Search Engines Reinforce Racism. NYU Press.


Sunstein, C. R. (2015). The ethics of influence: Government in the age of behavioral science. Cambridge University Press.


Twenge, J. M., & Campbell, W. K. (2018). The Narcissism Epidemic: Living in the Age of Entitlement. Atria Books.


Zuboff, S. (2019). The Age of Surveillance Capitalism: The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power. PublicAffairs.





INGÉNIERIE SOCIALE DE L'ÂME


Les enjeux éthiques posés par l'ingénierie sociale de l'âme sont vastes et complexes, affectant l'autonomie, la vie privée, la santé mentale, le discours public et le consentement éclairé. L'ingénierie sociale de l'âme englobe une gamme de techniques et de pratiques visant à influencer les aspects les plus profonds de la psychologie et de l'identité humaines.


L'ingénierie sociale commence par un conditionnement culturel et idéologique, où les normes, valeurs et croyances sociétales sont inculquées dès le plus jeune âge. Les systèmes éducatifs, les structures familiales et les médias jouent tous un rôle crucial dans la formation des visions du monde et des perceptions de soi des individus. Ce conditionnement dicte souvent ce qui est considéré comme un comportement acceptable, un succès et une identité, conduisant à une forme de conformité programmée. L'âme, dans ce contexte, est façonnée pour s'adapter aux récits culturels et idéologies dominants, souvent au détriment de l'unicité et de la créativité individuelle.


Les plateformes numériques utilisent des techniques psychologiques sophistiquées pour manipuler le comportement des utilisateurs, créant un environnement où les utilisateurs sont continuellement influencés et guidés dans leurs actions et décisions. Des fonctionnalités telles que le défilement infini, qui fournit un flux de contenu sans fin, les notifications push qui ramènent les utilisateurs sur la plateforme, et les récompenses variables, qui maintiennent les utilisateurs engagés grâce au renforcement intermittent, sont méticuleusement conçues pour maximiser l'engagement et la dépendance des utilisateurs à ces plateformes. Cet état constant d'engagement a des implications profondes sur la façon dont les individus pensent et se sentent, conduisant souvent à des altérations significatives de leur personnalité et de leur santé mentale au fil du temps.


La manipulation délibérée des états psychologiques à des fins commerciales soulève des préoccupations éthiques substantielles, en particulier concernant l'autonomie et le consentement, car les individus peuvent ne pas être pleinement conscients de l'étendue à laquelle leurs pensées, comportements et vies globales sont orchestrés par ces mécanismes numériques. L'influence omniprésente exercée par ces plateformes remet en question les limites du libre arbitre et souligne également le besoin d'une plus grande transparence et responsabilité éthique dans la conception et la mise en œuvre de telles technologies.


La culture de consommation moderne, fortement promue par les médias numériques, encourage les individus à construire leur identité par la consommation. Les produits, les marques et les styles de vie sont commercialisés comme des extensions de soi, conduisant à un cycle de consommation perpétuelle. Cette construction identitaire consumériste est une forme d'ingénierie sociale qui lie la valeur personnelle et le bonheur aux possessions matérielles. L'âme, en ce sens, devient une commodité, avec l'épanouissement personnel de plus en plus défini par des acquisitions externes plutôt que par des valeurs intrinsèques.


Les réseaux sociaux exercent une pression normative immense sur les individus pour qu'ils se conforment à certaines normes de comportement, d'apparence et d'opinion. La quête de validation sociale par les likes, les commentaires et les partages peut pousser les individus à présenter des versions éditées et souvent inauthentiques d'eux-mêmes. Cet aspect performatif de la vie numérique peut conduire à un sens fragmenté de soi, où le vrai soi est obscurci par le personnage socialement conçu. L'impact sur l'âme est profond, car les individus peuvent perdre le contact avec leurs désirs et valeurs authentiques.


Les algorithmes régissent une grande partie de la vie en ligne, des flux des réseaux sociaux aux résultats des moteurs de recherche. Ces algorithmes sont conçus pour optimiser l'engagement et la rentabilité, souvent au détriment de la compréhension nuancée et de la pensée critique. En contrôlant le flux d'informations et en façonnant le discours public, les algorithmes modèlent la conscience collective et les croyances individuelles. L'influence subtile mais omniprésente de la gouvernance algorithmique peut éroder l'autonomie individuelle et l'agence critique, façonnant à la fois l'âme et la vie sociale vers des fins prédéterminées.

コメント


BLACK_2LIGNEsS_HAUT_BAS_BRUIT.png
bottom of page