INAN_2022_3_TEST_TETE_FINAL_FIANAL_LARGE7.jpg

Photos_Poenaru

 

 

 

Our emotions (our biological foundation) are repressed in social and professional contexts and, simultaneously, overexploited economically and politically by the same power that predicts, controls and models the individual in the consumer society. They thus seem to have been hacked (meaning that our protections have been bypassed and our intimacy violated - a problem also analyzed by scientists interested in the ethics of neuromarketing) by an economic systemic composed of IT specialists, scientists, corporations, etc. within the framework of a consensual anthropo-cybercriminality, co-produced and co-modified by the victims within the so-called "participative" Internet.

A computer hacker seeks to understand the inner functioning of technologies in order to hack them (by curiosity, for financial reasons, for political reasons, by revenge or desire to harm, etc.). It seems that this model has allowed the simultaneous emergence (by viral contamination?) of anthropo-hacking. This systemic is bidirectional in its relationship to the individual (and to society): it exploits on the one hand, it overfeeds on the other (on the neuro-cognitive-behavioral and somatic levels) in order to ensure a double profit based on feedback loops.

 

Nos émotions (notre socle biologique) sont réprimées dans les contextes sociaux et professionnels et, simultanément, surexploitée économiquement et politiquement par le même pouvoir qui prédit, contrôle et modèle l’individu de la société de consommation. Elles semblent donc avoir été hackées (signifiant que nos protections ont été contournées et notre intimité violée - problématique analysée également par les scientifiques qui s’intéressent à l’éthique du neuromarketing) par une systémique économiques constituée d’informaticiens, scientifiques, corporations, etc. dans le cadre d’une anthropo-cybercriminalité consensuelle, coproduite et comodifiée par les victimes au sein de l’Internet dit “participatif”.

 

Un hacker en informatique cherche à comprendre le fonctionnement intime des technologies pour les pirater (par curiosité, pour des raisons financières, par conscience politique, par vengeance ou envie de nuire, etc.). Il semble que ce modèle a permis l’émergence simultanée (par contamination virale?) de l’anthropo-hacking. Cette systémique est bidirectionnelle dans le rapport à l’individu (et à la société): elle exploite d’un côté, elle suralimente de l’autre (sur le plan neuro-cognitivo-comportemental et somatique) afin de s’assurer un double profit fondé sur des boucles de rétroaction.

 

Poenaru, L'inconscient économique, book in progress.

IE_GOLD_site.jpg

Traiter l’inconscient

sans la perspective critique

et sans

le tiers théorique

n’est-il pas

une manière

de reconsolider

l’inconscient normatif?

Poenaru