top of page

CROYANCES ET CONFLITS

Les croyances selon lesquelles le placement involontaire des enfants est justifié peuvent entrer en conflit direct avec la réalité de la souffrance des enfants placés, créant une dissonance cognitive et émotionnelle au sein du système éducatif et des structures de placement. Cette tension peut se manifester de plusieurs façons, affectant les perceptions, les décisions et les actions des professionnels impliqués.


Les structures de placement et les professionnels de l’éducation peuvent rationaliser les placements involontaires en se convaincant que ces actions sont dans le meilleur intérêt de l’enfant. Cette rationalisation peut conduire à une minimisation ou à une ignorance des signes de détresse et de souffrance des enfants placés. En se focalisant sur les raisons justifiant le placement (par exemple, la sécurité ou la protection de l’enfant), les professionnels peuvent négliger l’impact émotionnel et psychologique du placement lui-même. En outre, lorsque les professionnels croient fermement que le placement est justifié, ils peuvent avoir des difficultés à reconnaître et à gérer les effets traumatiques que ces placements peuvent engendrer. Cela peut entraîner une sous-évaluation des besoins psychologiques des enfants et une absence de soutien adéquat. Par exemple, un comportement perturbateur peut être interprété comme un simple problème de discipline plutôt que comme une manifestation de traumatisme.


Le système de protection de l'enfance met souvent l'accent sur la sécurité physique des enfants, justifiant ainsi les placements involontaires. Cependant, cette focalisation peut se faire au détriment du bien-être émotionnel et psychologique des enfants. Les décisions de placement peuvent être prises rapidement pour assurer la sécurité, sans une évaluation approfondie des effets psychologiques à long terme.


Les ressources limitées et le manque de formation adéquate des professionnels impliqués signifient que le soutien psychologique nécessaire pour aider les enfants à surmonter les traumatismes du placement est souvent insuffisant. Les enfants peuvent se retrouver dans des environnements où leurs besoins émotionnels ne sont pas pris en charge, ce qui exacerbe leur souffrance.


L. Poenaru






Comentários


BLACK_2LIGNEsS_HAUT_BAS_BRUIT.png
bottom of page